Pub

vendredi 20 janvier 2017

Le River Sup


 En France et en Europe plus généralement, la pratique du River Sup se développe. Dans l’année écoulée, de plus en plus d’évènements se forment sur cette thématique. Cela prend plusieurs forment, des clinics/découverte, des compétitions de type border cross ou des courses en descente. Lorsque je regarde ce qui se fait en kayak aujourd'hui, je me rends compte du chemin qu’il reste à faire. Bien sur à la base la discipline vient de l’eau salée, mais la partie eau plate est vite arrivée. L’eaux vive s’est faite attendre, mais a fini par arrivée. Maintenant, de plus en plus de marques sortent des formes qui sont orientées vers cette pratique mais en restant sur une certitude. « En rivière il faut du gonflable… Pour quoi ca ? Tout simplement car si tu tape un rocher tu casses ta planche rigide, et en plus c’est plus facile à transporter ». Alors pour le coup je ne suis pas d’accord. Oui je rame avec une gonflable, car aujourd'hui je n’ai pas le choix, et aucune marque en Europe fait des planches rigides de rivière. Si personne ne le fait il doit bien y avoir une raison… Oui et la raison principale est la méconnaissance du milieu. Si je continue mon parallèle avec le monde du kayak, les embarcations gonflables sont réservées à plusieurs pratiques : le touriste lambda qui veux découvrir le sport et l’utilisation commerciale en rivière. Pour le reste soit ce sont des bateaux en plastique (HTP ou PE) soit des bateaux composites (Fibre de verre ou carbone). Donc pourquoi ce qui est logique dans le kayak ne l’est pas dans le SUP ? Pour ce qui est du transport, comme le dit Corran Addison, les kayakistes ont toujours eu des barres de toit et le transport ne les a jamais empêchés de naviguer, alors en SUP ca sera pareil.

Au niveau des formes, il est difficile de travailler sur les formes en gonflable. Le rocker est déjà difficile à contrôler en fusion, alors imaginer si l’on demande à ajouter des fonds à doubles bouchains… Sur la rigidité il y a eu de gros progrès avec la fusion, mais il reste un problème c’est la crevaison. Une planche gonflable percée ne sera jamais plus étanche. Même avec un répa par un pro, ca perd toujours un peu, et le pliage fini souvent par décoller la rustine. Une planche rigide en fibre pourra être réparer sans que soit un problème (si c’est fait comme il faut). Il reste aussi l’option des planches en plastique roto-moulé qui est solide, pas cher à fabriquer mais très lourd. Tout est une histoire de compromis comme toujours.

Mais imaginer un instant donner un SUP gonflable quelqu'un qui fait e la race… Vous avez compris, ce n’est pas comparable en terme sensations avec une gonflable… Je pense qu’il y a la même différence en eaux-vives. Dans les prochaines années, il ne serait pas étonnant de voir arriver des planches de SUP rigides en eaux-vives, et ce pour plusieurs utilisations.

Pour de la course en eaux-vive, forcement c’est logique. Une forme spéciale adaptée pour aller vite, en fibre pour le poids et la rigidité, et stable pour les rapides. Pour ce qui est de la descente modérée ou du border-cross, il serait logique qu’il y ai soit de la fibre pour une utilisation presque passe partout, ou du plastique pour avoir un prix abordable, ou pour une utilisation plus engagée. Pour terminer, en surf statique en rivière, forcément une planche en fibre est logique. Il faut bien entendu adapter les formes pour tourner très court et être très dynamique mais même si c’est faisable en gonflable, cela doit être bien mieux la encore en rigide…

Bref quoi qu’il en soit préparez de la place au garage, et prévoyait des barre de toit, les sup rigide arrivent ! Aujourd'hui je rame avec des planches de chez AnonymSup. Rigide et performantes, il me tarde que sorte notre joujou de rivière, juste après le pocket qui lui va vite arriver à la maison!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire